Accueil > La poste - Avenir Oblitéré > Un rapport de la cour des comptes peut en cacher un autre

Un rapport de la cour des comptes peut en cacher un autre

mardi 1er mars 2016


Dans ce rapport sur l’immobilier postal, les locataires du majestueux Palais Cambon, situé dans un des quartiers les plus chics et chers de Paris, savent forcément de quoi ils parlent en matière de réduction de coûts immobiliers...

La Cour est très discrète sur la situation de l’immobilier postal précédant la création de la filiale Poste Immo en 2004. Pourtant, une simple indication sur l’origine de ce patrimoine aurait été utile. Au détour d’une loi postale, ce patrimoine a été sorti du domaine public et confié en gestion propre à La Poste…

La Cour indique bien que la création de la filiale avait comme but de réduire les coûts immobiliers du Groupe. Cela semble loin d’être le cas puisque le rapport affirme que les coûts immobiliers des métiers ont progressé.

La Cour note les critiques faites par les métiers et en particulier par le Colis qui se passait des services de Poste Immo, considérant qu’ils étaient mieux à même de négocier le niveau des loyers de leurs locaux, plutôt que la filiale qui se limitait à répercuter le coût vers les métiers.

La Cour ne remet pas pour autant en cause la création de la filiale. Bien au contraire, elle préconise d’accélérer le transfert des personnels de la Direction interne de l’immobilier vers la filiale ! Le mur est proche, accélérons !!!

La vente des bijoux de famille, ou l’extinction des espèces

La Cour alerte sur la pérennité du modèle Poste Immo qui base les investissements sur des cessions d’actifs.

Car ces derniers diminuent avec le temps...

C’est de la dynamique !

Les enjeux financiers importants justifieraient une gouvernance forte de la part de la maison mère. Il n’en est rien selon la Cour, qui alerte sur la dérive des rémunérations.

Ayant le sens de la litote, les magistrats écrivent :

« L’évolution des dix rémunérations de Poste Immo les plus élevées (graphique ci-après), hors celle du directeur général examinée plus loin, confirme le dynamisme de l’évolution de la masse salariale. Elles ont augmenté, pour le total de la part fixe et de la part variable, de 6,6 % par an en moyenne (2008-2014)...
La vive dynamique que connaît l’évolution de ces rémunérations, en particulier les parts variables, contraste avec les résultats du Groupe La Poste et du pôle immobilier sur la même période."

Quant au Directeur, la Cour des comptes ajoute :

"La rémunération brute globale du directeur général a ainsi augmenté de 5,9 % en moyenne par an de 2009 à 2014, en raison notamment d’une augmentation de la part variable totale (Poste Immo et direction de l’immobilier) de 12,6 % par an en moyenne...
La justification de cette forte augmentation par La Poste, qui invoque la nécessité de rattraper le niveau de rémunération des autres dirigeants de sociétés foncières, n’est pas convaincante."

Pan pan cul cul alors ? Même pas …

Et vous, simples postiers, plus de 40 % d’augmentation en 5 ans ?

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0