Accueil > Statut du personnel > Voyage au centre de l’encadrement IV

Voyage au centre de l’encadrement IV

samedi 14 juin 2014


Réponse à quelques questions récurrentes

« Les cadres n’ont pas le droit de se syndiquer, de faire grève, cela nuit à la carrière »

Le droit de se syndiquer est une liberté constitutionnelle, de même que le droit de grève. Toute mesure de rétorsion basée sur le fait d’être syndiqué est un acte discriminatoire susceptible de nullité. Se syndiquer à SUD n’emporte comme obligation que le paiement de sa cotisation, et pour le reste c’est selon le degré de motivation de chacun... mais ça peut permettre de faire bouger les choses et de porter des revendications.

« Un cadre ne peut pas dire ce qu’il pense »

Il est admis que le cadre fasse preuve de réserve dans son expression publique en externe. Mais au delà de cette loyauté, on ne peut lui retirer sa liberté d’expression, y compris de critique par rapport à la politique suivie par l’entreprise (cassation 19 décembre 1999). Quand nous constatons des revirements de politique à 180° avec un retour vers la mutualisation inter métiers, alors que la métiérisation a été martelée sans discontinuer depuis une décennie, ceci montre bien que la critique est nécessaire … et salutaire.

« Un cadre n’a pas d’horaires et n’a pas droit aux heures supplémentaires »

Comme toujours, La Poste a des problèmes avec la lecture du Code du travail. Les cadres qui ne sont pas au forfait jours, sont aux 35H et les dépassements horaires non récupérés sont des heures supplémentaires.

Pour les cadres au forfait, les jurisprudences récentes indiquent que cette ’’liberté’’ ne doit pas aboutir à dépasser les seuils légaux, journalier entre autre, et qu’un entretien annuel s’impose pour mesurer la charge de travail. En effet l’employeur a une obligation générale de garantir la santé et la sécurité de TOUS ses salarié-es et c’est une obligation de résultat.

SUD syndicat anti cadres ?

C’est la fable complaisamment répandue par les Directions, voire par certains partenaires sociaux s’estimant par nature défenseur des cadres.
* dans un tract récent intitulé ’’La grande farce’’… la CFDT défend le principe d’étendre le forfait jours à l’ensemble des cadres. Dans ce cas devinez qui seront les dindons ? On a connu mieux comme défense syndicale !

- Il est vrai que notre syndicat défend pied à pied les droits des personnels d’exécution.
- Il est vrai que notre syndicat critique clairement et combat les politiques de destructions d’emploi et de flexibilité à La Poste, les multiples réorganisations qui créent du mal-être, les abandons des missions de service public.

Bien des cadres se retrouvent d’ailleurs dans ces critiques et cette analyse.

C’est pourquoi ce tract s’est volontairement focalisé sur les droits des cadres, dont peu se soucient réellement.

Comme pour toutes les catégories de personnel, notre syndicat défend les droits des cadres.
Y compris, au besoin, devant les tribunaux !!!

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0