Accueil > Statut du personnel > Voyage au centre de l’encadrement I

Voyage au centre de l’encadrement I

mercredi 2 avril 2014


On ne nait pas cadre on le devient

Soit par promotion, soit par recrutement, il est légitime de prétendre exercer une fonction en phase avec son parcours scolaire et professionnel. Diplômes, expériences professionnelles, ancienneté et volonté personnelle de changement déterminent donc ce qu’on nomme une carrière, et parfois simplement la recherche d’un emploi sur un marché du travail difficile.

Cadre à La Poste, ce n’est pas non plus automatiquement une fonction de management, vous pouvez être sur des fonctions spécifiques ou techniques : Acheteur, informaticien, infirmier, animateur, formateur, commercial...

Are you happy ?

Ici une première distinction doit être faite entre fonctionnaires et salariés.

Les fonctionnaires sont devenus cadres par le biais de promotion ou recrutés directement par concours correspondant à un niveau de diplôme. Concours pas toujours parfaits, mais qui avaient le mérite de règles identiques et de jurys impartiaux. Et les recrutés ou promus connaissaient parfaitement les termes de leur engagement : déroulement de carrière, grilles indiciaires... Cette égalité de traitement en définitive créait un minimum d’esprit de groupe et de solidarité. La situation a depuis grandement évolué.

Les salariés recrutés comme encadrants ont un salaire de départ négocié avec l’unique garantie qu’il n’est pas inférieur au minimum correspondant à la classification. S’ensuivent des différences selon les régions, selon les Directions, selon le moment de la négociation du contrat. Le principe ’’A travail égal, salaire égal’’ a été méconnu par La Poste, qui a su habilement masquer cette réalité dans des fourchettes de rémunération (l’expression fourchette renvoyant plus certainement à un râteau...). Ainsi ont été créées des distorsions de rémunération entre cadres salariés de même niveau qui n’ont jamais été résorbées.

Les salariés promus Cadre ’’bénéficient’’ des nouveaux dispositifs de promotion mis en place tardivement en 1998, puis en 2006 (ils en étaient exclus auparavant... d’ailleurs le recrutement massif de salariés n’était pas prévu dans la loi postale de 1990).

Promotion, tir au pigeon

Entre les concours qu’ont connus les fonctionnaires et les RAP, REP et RPP, il y a un monde. On est passé d’un système sans doute pas assez professionnalisé mais qui était impartial, à des examens Roue de la fortune où La Poste fait ce qu’elle veut. Où le faire voir et le faire valoir est plus important que le savoir professionnel. En résumé, mieux vaut un bon réseau, être pote avec ses chefs et tutti quanti. Le moins que l’on puisse dire est que ces dispositifs suscitent déceptions, jalousies et rancœurs, mais c’en était peut être l’un des objectifs cachés. Un peu de « caractère malsain » dans un monde qui en manquait singulièrement sans doute à l’origine...

SUD n’a pas signé l’accord de 2006 mettant en place ces examens. Pour le service après vente il faut voir avec les syndicats signataires de l’époque. Une fois n’est pas coutume, qu’ils assument leur signature dans la mise en place de ce système désastreux ! 

Attachez vos ceintures ça va secouer !

Ce petit rappel historique s’imposait. Maintenant que vous avez votre ticket de cadre, l’embarquement ne saurait tarder pour visiter la Nouvelle Gestion des Cadres mise en œuvre par La Poste !

* suite au prochain épisode

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0