Accueil > Vie des services > DT > Réorganisation à la DTC = « Réinventons » la polyvalence !

Réorganisation à la DTC = « Réinventons » la polyvalence !

mercredi 4 avril 2012


2015 Odyssée de la DTC

Sous le slogan casse-gueule « Projetons la DTC », le nouveau directeur présente dans le texte de la CDSP sa « vision » de la DTC pour l’horizon 2015. Il invoque le grand « Esprit de Service » et « une posture qui devra allier une grande agilité... et l’anticipation... pour se projeter dans le futur ». On nage en pleine science-fiction !
Pour tenter de convaincre les syndicats du bien-fondé de sa réorganisation, M. Delaval met en avant la nécessité de faire face à des « projets majeurs et innovants » comme les nouveaux outils du facteur (M Facteur, Facteo... ), le déploiement des véhicules électriques, les projets immobiliers etc. Une explication qui nous laisse perplexes, une des vocations premières des techniciens, avec la maintenance,
ayant toujours été le déploiement des nouvelles technologies et la modernisation du Courrier (informatisation, matériels CQC...).

L’organisation cible : 5 pôles

La CDSP du 1er octobre 2010 avait mis en place une filière technique du Courrier avec une segmentation en « spécialités » au sein d’une Direction Technique intégrant tous les personnels.
La nouvelle CDSP rebat les cartes avec le regroupement dans le Pôle des Opérations de la DTC de l’ensemble des métiers techniques au niveau territorial, en relation étroite avec les DOTC.

Quatre autres pôles, de type pilotage et support, composent cette nouvelle organisation :
- le Pôle de la Performance (effectif = 20) : pilotage financier, supervision projets, veille et innovation, développement responsable, qualité, mesure de la performance...
- le Pôle Projets Transformant (effectif = 10) : pilotage des grands projets du Courrier (notamment FACTEO = smartphone pour les facteurs, GMAO = nouveau système d’information, MOBITECH = terminal mobile pour techniciens avec accès à la documentation technique... mais avec un risque de « flicage »).
Dernière nouveauté, lors du CT du 27 mars, le directeurl a présenté le projet MobiPoste : de vraies petites usines d’hydrogène dans les PPDC pour alimenter des véhicules hybrides Hydrogène/Electrique. C’est comme tout le dossier du directeur, une vraie usine à gaz !
- le Pôle Projets Evolution et Compétences (effectif = 404) devient un centre de service regroupant toutes les ingénieries (sites de Champs sur Marne, Chartres et Nantes). Le Système d’Information est finalement rattaché à ce pôle.
- le Pôle des Ressources (effectif = 50) : Ressources Humaines, communication, achats et approvisionnements, juridique et aspect CHSCT.

Pôle opération : fusion Indus/Support

Pôle le plus important en terme d’effectif (937 agents), celui des « Opérations », va regrouper tous les opérationnels au niveau territorial, en charge des 3 domaines : véhicules, industriel, infrastructure et immobilier.

Cette « filière unique » sera représentée au niveau de la DOTC par le Responsable Territorial des Opérations (RTO), le « patron face aux DOTC » selon le Directeur. Ce RTO sera rattaché à un Directeur Territorial (DTO) au ni-
veau de chaque Délégation.

Grosse nouveauté de la version 3 du projet, les équipes du support et de l’industriel seront désormais sous la responsabilité d’un seul responsable : le CTO (Chargé Territorial des Opérations), l’ex CO, qui voit donc ses responsabilités étendues au domaine industriel. Avec une charge de travail augmentée d’autant.

La fonction de Responsable Maintenance, sur les PIC, est donc supprimée.

Le CAI devient CTI (Chargé Territorial de l’Immobilier) et le CSPA est rebaptisé CTV (Chargé Territorial Véhicule) sans modification du contenu de la fonction. Il ne
leur sera finalement pas demandé de candidater. Ces personnels resteront donc en place.

La V3 crée 2 nouvelles fonctions rattachées au RTO :
- le Délégué aux Etablissements (DaE) « 100 % dédié aux établissements », PIC comprise. Il assure le rôle de chef de projet local DTC auprès des établissements et recense les besoins et les « irritants » et suit les contrats de service.

- le Chargé Territorial de la Coordination et de la Performance (CTCP) reprend une grande partie des activités du Chargé de Clientèle, fonction qui disparaît de l’organigramme. Le CTPC assure la gestion des demandes, la mise en place du contrat de service entre DTC et DOTC, la maîtrise des coûts en particulier sur l’immobilier, la fiabilité du SI (avec le management d’un AT SI)...

Selon le Directeur, les animateurs techniques ne seraient pas « impactés » par la réorganisation et doivent rester en place.
Le nombre d’ATZ devenus AT SI reste identique (40), idem pour les ATI (20). Par contre on passe de 79 AT (Indus + support) à 70. Soit - 9. Où se feront les reprises d’emplois ? Aucune réponse à ce jour.

La CDSP prévoit que tous les postes des cadres supérieurs qui travaillent actuellement « au sein du réseau opérationnel » sont considérés comme « impactés ».
Il leur faudra donc systématiquement repostuler dans le cadre des appels à candidature, avec les risques qui s’en suivent. SUD s’oppose à ce type de pratique qui devient la norme pour l’encadrement. Pour les autres agents, les postes sont simplement « concernés » et les agents « ont vocation à rester sur leur poste ».


Une seule solution : la « pollinisation » !

Le texte de la CDSP prévoit d’aller « progressivement » vers la multi-compétence (ex polyvalence...). Celle-ci serait « suscitée mais pas forcée ». Reste à savoir comment cela sera interprété par les responsables de service !
Pour le Directeur, l’objectif est bien le développement de « l’employabilité » des techniciens. Entre le support et l’industriel, il faudra « développer des synergies et permettre la pollinisation... entre les deux savoir-faire ». Le Directeur parle aussi d’entraide, qui par définition est volontaire.
Mais les « abeilles » auront-elles vraiment le choix ?

Le directeur récuse pourtant le terme de « fusion industriel-support » puisque, selon lui, il n’y aurait pas de remise en cause des régimes de travail, seul le management sera commun. Mais le CTO aura quand même tout intérêt à pousser
ses techniciens à la polyvalence afin de « boucher les trous » en cas de nécessité, sur la PIC, par exemple...
Pour calmer l’inquiétude des techniciens, la Direction propose aux organisations syndicales la mise en place d’« ateliers de travail » sur la multicompétence, pour le 2ème semestre 2012. Objectif : définir « une cartographie des compétences » et faire monter les techniciens en compétence avec des formations appropriées.
Selon le Directeur, cela concernerait plus particulièrement les GZI, confrontés à la généralisation de la sous-traitance de l’immobilier postal (Postimmo - GEIMO...) d’ici 2014, soit une centaine de collègues. Mais tout porte à croire que ce sont bien tous les techniciens qui seront à terme poussés à cette polyvalence... pardon, « multi-compétence » !

Calendrier : le pied sur l’accélérateur

La Direction avait espéré mettre en place sa nouvelle organisation dès le 2 avril, quitte à précipiter le mouvement et prendre ainsi les organisations syndicales de vitesse. C’est ainsi que la version 3 du texte qui comportait des évolutions
essentielles (disparition du RM...) a été envoyée in extremis par mail, la veille de la CDSP. Même chose pour les fiches de postes détaillées des nouvelles fonctions qui ont été communiquées tardivement. Le Directeurl a aussi fait le forcing lors de la CDSP du 22 février pour accélérer les appels à candidature, sans attendre le Comité Technique. Ce qui a été rejeté par la majorité des organisations syndicales, au grand déplaisir du Directeur.

Les 6 DTO sélectionnés ne seront donc nommés qu’en avril. La nouvelle organisation ne sera donc effective qu’au 2 juillet. Une première réunion de suivi « pluridisciplinaire » (médecin du travail, assistante sociale, RH et membres du CHSCT) est prévue en octobre pour un premier bilan des « éventuels impacts ».

Alors même que suite aux drames récents, l’ensemble des fédérations syndicales appellent à un gel des réorganisations, le directeur de la DTC n’a eu de cesse de
brusquer les choses. Jusqu’à nous accuser de générer du stress auprès des personnels dits « impactés » en repoussant le calendrier des appels à candidature
 !

Certes, cette réorganisation n’entraîne pas de reprises d’emplois. Mais le pyramidage des âges fait que de nombreux départs en retraite et TPAS sont prévus (de l’ordre de 280 d’ici 3 ans). Même si la Direction nous promet le com-
blement des postes, la question de l’emploi sera cruciale pour les prochaines années. Il nous faudra être vigilants !


SUD agira avec les personnels pour :
- le remplacement de tous les départs
- une meilleure reconnaissance des compétences et des formations
- aucune polyvalence forcée et des formations choisies
- lutter contre la souffrance au travail

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0