Accueil > Juridique > Médiapost condamnée par le tribunal des prud’hommes de Nantes

Médiapost condamnée par le tribunal des prud’hommes de Nantes

vendredi 28 novembre 2008


Médiapost est une filiale de La Poste spécialisée dans la distribution de publicités non adressées.

Les cadences pour effectuer les tournées étaient intenables. Résultat : les 30 % de temps supplémentaire nécessaire n’étaient pas payés. Au final, les distributeurs étaient rémunérés au-dessous du Smic horaire.
C’est malheureusement une pratique courante dans le secteur.

Ce jugement octroie à 33 ex-salariés plus d’1 million d’euros.

L’autre grand distributeur de publicités, Adrexo, pourrait bientôt connaître des problèmes similaires. Plus de quarante dossiers sont actuellement à l’instruction devant le même conseil des prud’hommes de Nantes à l’initiative de Sud-PTT


Communiqué de SUDPTT


Trente-trois salariés se partagent 1 093 602 euros

Médiapost, première filiale du groupe La Poste en nombre de salariés (13 000), est spécialisée dans
la distribution d’imprimés publicitaires et de journaux gratuits en boîtes aux lettres.
La filiale a été condamnée à verser 1 093 602 euros aux trente-trois salariés qui avaient saisi le
conseil des prud’hommes de Nantes. Celui-ci a reconnu les chefs d’accusation suivants :
- Rappel de salaire pour des heures de travail réellement effectuées et non prises en compte par la
rémunération du travail à la pièce avant 2005 et pour les cadences théoriques de la convention
collective appliquées aux distributeurs pour l’après 2005.
- Contrats à temps partiels requalifiés en temps plein pour absence de précision écrite sur la
répartition du temps de travail dans la semaine, les salariés se retrouvant en situation de
« disposition permanente ».
- Rappel pour les frais de déplacement réellement engagés avec les véhicules personnels des
salariés et non pris en compte.
- Indemnités pour des licenciements sans cause réelle et sérieuse pour absence de proposition de
reclassement à des salariés en inaptitude.
- Dommages et intérêts pour les salaires non versés.
- Dommages et intérêts pour non-application à Médiapost des dispositions de la convention
collective des entreprises de la publicité et assimilées pour la période précédent juillet 2005.
- Rappel de primes d’ancienneté et de congés payés correspondants.

En condamnant Mediapost, le conseil des prud’hommes renforce les actions menées par SUD PTT
et les salariés sur l’exploitation abusive des entreprises de distribution de la publicité. Cadences
intenables, remboursements de frais de déplacement fantaisistes, utilisation des véhicules
personnels pour emporter des tonnes de papier, travail à domicile, salaire moyen mensuel à 500
euros, aucune indemnité de restauration… sont le lot quotidien des milliers de distributeurs.

Dans le sillage de Mediapost, 40 salariés de l’entreprise Adrexo, le concurrent direct, sont en
attente de jugement sur les mêmes chefs de demande.

Quelques jours après le versement par La Poste, de 800 000 euros à 176 CDD du Finistère et
du Morbihan, pour éviter le jugement des prud’hommes, le Groupe La Poste, dans son
évolution, démontre clairement qu’il est loin d’être un modèle social pour ses salariés.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Plan du site |Charte Forum |Rédaction | SPIP| Surfez avec Firefox | Suivre la vie du site RSS 2.0